Twitter suspend Alex Jones pendant une semaine après avoir enfreint les règles de l'entreprise

Anonim

Twitter a suspendu mardi le compte personnel d'Alex Jones, théoricien du complot d'extrême droite et animateur d'Infowars, pour violation des règles de la société de médias sociaux contre l'incitation à la violence.

Le réseau social a déclaré dans un communiqué que le compte de Jones "a actuellement des fonctionnalités limitées". On a dit à Jones que le compte retrouverait toutes ses fonctionnalités sept jours après la suppression d'un tweet contenant "une émission contraire à nos règles".

Selon le New York Times, la décision a été prise après que Jones a tweeté un lien vers une vidéo appelant les partisans à préparer leurs "fusils de combat" contre les médias et autres.

La suspension d'une semaine empêchera Jones de tweeter ou de retweeter, bien qu'il puisse naviguer sur Twitter. Le compte Twitter de son émission «Infowars» n'a pas été affecté.

Dans une interview accordée mercredi à Lester Holt de NBC News, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a qualifié la suspension de "suspension".

"Je pense que toute suspension, qu'elle soit permanente ou temporaire, amène quelqu'un à penser à ses actions et à ses comportements", a déclaré Dorsey.

Dorsey a également déclaré que Twitter avait appliqué de manière cohérente les règles dans le cas de Jones, tandis que d'autres sociétés étaient "un peu incohérentes".

L'application s'applique aux comptes Twitter et Periscope de Jones.

Jones, un pundit d'extrême droite et provocateur, a été critiqué pour avoir promu des théories largement démenties. Entre autres choses, il a déclaré que les meurtres de l'école élémentaire Sandy Hook avaient été organisés, et il a ajouté que les survivants de la fusillade dans le Parkland, en Floride, étaient des acteurs.

Opinion: Il n’est pas faux de lancer Alex Jones d’Infowars sur les médias sociaux, mais cela pourrait être dangereux

Plus: Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, défend la décision de ne pas interdire Alex Jones, Infowars

Connexes: les médias sociaux ont-ils fait le bon choix en interdisant Alex Jones?

Il a de nombreux adeptes sur les médias sociaux, y compris 889 000 abonnés sur Twitter. Et il a été félicité par le président Donald Trump, qui a participé à "InfoWars" lors de la campagne présidentielle de 2016.

La semaine dernière, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a défendu la décision de son entreprise de ne pas interdire Jones et son émission «Infowars». Les remarques de Dorsey ont eu lieu après que d'autres sociétés de technologie - Facebook, Apple, YouTube et Spotify - eurent supprimé le contenu de Jones pour violation des règles relatives au discours de haine et des réactions en ligne.